Vous êtes ici : Accueil > Séminaires et ateliers > EA 1571 - Centre de recherches (...)
  • EA 1571 - Centre de recherches historiques : histoire des pouvoirs, savoirs (...)

    • Enregistrer au format PDF
    • impression
    • Agrandir le texte
    • Restaurer la taille normale
    • Réduire la taille du texte
  • Séminaire d’Histoire médiévale et moderne

     

     

    Les étrangers au Moyen Âge et à l’époque moderne : accueil, échanges, représentations

     

    Jean-Pierre DUTEIL, Professeur en histoire moderne
    Martin GRAVEL, Maître de conférences en histoire médiévale
    Anne-Marie HELVÉTIUS, Professeure en histoire médiévale
    Vincent MILLIOT, Professeur en histoire moderne
    Séminaire annuel – Lundi, 15h-18h (P8, salle à préciser)
    1ère séance, lundi 9 octobre 2017

    Le thème de cette année est un sujet d’actualité qui mérite d’être abordé dans une perspective historique sur le long terme, car il se situe au croisement des catégories traditionnelles de l’histoire – politique, économique, sociale, culturelle et religieuse. En théorie, dans nos sociétés occidentales, l’accueil des étrangers est perçu comme un devoir moral faisant écho à la vertu chrétienne de l’hospitalité. En pratique, les modalités de cet accueil varient selon les lieux, les temps, les contextes. Le séminaire accordera une attention particulière aux diverses formes de contacts et d’échanges que les sociétés ont entretenus avec ceux que l’on considère comme des étrangers. Il s’agira aussi de s’interroger sur la notion même d’« étrangers » et sur son évolution au fil des siècles, en tenant compte de la terminologie utilisée pour les désigner dans tous les types de sources écrites. Diverses catégories de personnes ont pu être considérées comme étrangères, divers traitements ont pu leur être réservés. Enfin, nous étudierons la manière dont ces « étrangers » sont perçus, les débats et discussions qu’ils suscitent, les représentations – positives ou négatives – dont ils sont l’objet dans les sources écrites ou iconographiques.

    Chaque séance se compose de deux parties :
    – Dans un premier temps, de 15 h à 16 h, les étudiants présentent l’état d’avancement de leurs recherches et la discussion qui s’engage ensuite leur permet de faire le point sur leur travail tout en bénéficiant des conseils de l’équipe des enseignants-chercheurs d’histoire médiévale et moderne, qui les tiendront également informés de l’actualité des recherches en histoire.
    – Dans un second temps, de 16 h à 18 h, un chercheur confirmé expose ses travaux et sa démarche méthodologique à partir d’un thème particulier.

     

    Contact :

    amhelvetius@univ-paris8.fr

     

     

    Séminaire Sciences, Légitimités, Médiations

     

    Maarten BULLYNCK
    Caroline EHRHARDT
    2e semestre, mensuel, jeudi 13h-15h
    Université Paris 8, salle A148

     

    « Sciences, légitimités, médiations » est le séminaire de recherche du département de mathématiques et d’histoire des sciences de l’université Paris 8, organisé par Maarten Bullynck et Caroline Ehrhardt. L’histoire des sciences a depuis plusieurs décennies considérablement modifié ses problématiques et ses méthodes. Ce séminaire, créé en 1998 par Marie-José Durand-Richard, s’inscrit dans cette dynamique, en accordant une attention particulière à la circulation des savoirs, aux pratiques scientifiques, à l’ancrage social et culturel de la production des connaissances. Au cours des dernières années, il s’est pour l’essentiel centré sur l’histoire sociale et culturelle des mathématiques aux époques moderne et contemporaine.
    Destiné aux étudiants de master, aux doctorants et aux chercheurs, ce séminaire est un lieu de dialogue entre historiens des sciences, historiens, philosophes et mathématiciens. Les présentations des travaux de doctorants et de jeunes docteurs y sont encouragées.
    On trouvera les programmes des séances des années précédentes ici : https://p8slm.hypotheses.org

     

    Contacts :

    maarten.bullynck@univ-paris8.fr

    ou

     caroline.ehrhardt@univ-paris8.fr

     

    En collaboration avec le Chisco (Université Paris-Nanterre)
    La fabrique de passés utiles : Moyen Âge, temps modernes

    2 octobre 2017, 13h30-17h, Nanterre, salle D302
    Nicolas Schapira (UPN), L’histoire immédiate au XVIIe siècle : la fabrique de la noblesse du Dauphiné.
    13 novembre 2017, Saint-Denis, salle B137
    Franck Collard (UPN), Les modalités et les finalités de la rédaction du journal d’un procureur syndic de la ville de Reims à la fin du XVe siècle.
    18 décembre 2017, Nanterre, salle D302
    Julie Claustre (Paris I), Inventions et réinventions des archives du Châtelet de Paris entre XIIIe et XVe siècle.
    22 janvier 2018, Saint-Denis, salle B137
    Marianne Cojannot-Le Blanc (UPN), Les écrits sur l’art en France au XVIIe siècle : succès et échecs dans la fabrique des passés utiles.
    19 février 2018, Nanterre, salle D302
    Emmanuelle Tixier-Du Mesnil (UPN), Al-Andalus, une boîte à outils historiographique bien utile.
    26 mars 2018, Saint-Denis, salle B137
    Benjamin Lellouch (Paris 8), L’attaque du quartier juif du Caire (1524) : du récit à la liturgie.
    14 mai 2018, Nanterre, salle D302
    Atelier : la fabrique des passés utiles en perspective.

    En collaboration avec l’IRAMAT
    Technique et science du Moyen Âge à la Renaissance : matériaux, pratiques et savoirs
    Catherine VERNA, Professeur en histoire médiévale (Université Paris 8)
    Philippe DILLMANN, Directeur de recherche (LMC IRAMAT UMR5060 CNRS)
    Discutants : Joël CHANDELIER (Maître de conférences, Université Paris 8) et Nicolas WEILL-PAROT (Directeur d’études, ÉPHÉ)
    Séminaire annuel – Lundi, 17h-19h,
    École normale supérieure, 45, rue d’Ulm, 75005, salle à préciser
    1ère séance, lundi 16 octobre 2017

    L’histoire des techniques du Moyen Âge à la Renaissance est née et s’est considérablement enrichie au cours du XXe siècle. Une de ses originalités réside dans la diversité des sources et le rassemblement des disciplines à partir desquels elle s’est construite (histoire, archéologie, anthropologie, ethnologie), auxquels il convient d’ajouter les échanges privilégiés qu’elle a entretenus avec certains champs historiques (en particulier avec l’histoire des sciences et l’histoire économique). Partant de ce constat, le séminaire de cette année a pour objectif de faire converger, à partir de l’exposé d’une historiographie complexe, les démarches scientifiques qui concourent aujourd’hui à une réflexion en histoire des techniques, en instaurant une place privilégiée à l’histoire des sciences et à l’archéologie, autour d’objets de recherches en commun. La question des savoirs, savoirs codifiés et savoirs tacites et, plus précisément, l’articulation entre scientia et ars, constituera la ligne directrice du séminaire.
    Ce séminaire est ouvert à tous, étudiants, enseignants et chercheurs. Il s’adresse prioritairement aux étudiants en histoire et en archéologie, du master au doctorat, et aux chercheurs en histoire et en archéologie des techniques ou, plus généralement, en histoire médiévale.
    Calendrier et programme : les séances auront lieu les 16 octobre 2017, 13 novembre 2017, 18 décembre 2017, 15 janvier 2018, 12 février 2018, 12 mars 2018, 14 mai 2018.
    Le programme des séances sera communiqué au mois de septembre 2017 et affiché sur le site du département d’Histoire de Paris 8.

     

    Contact :

    catherine.verna@wanadoo.fr

     

    En collaboration avec l’IDHES
    Les populations noires en France. Approches et comparaisons transatlantiques
    Sylvain PATTIEU, Maître de conférences en histoire contemporaine
    Emmanuelle SIBEUD, Professeure en histoire contemporaine
    Avec Audrey Célestine (Université Lille 3, IUF), Sarah Fila-Bakabadio (Université de Cergy-Pontoise), Françoise Lemaire (Archives nationales) et Tyler Stovall (Université de Californie, Santa Cruz).
    Séminaire annuel – Jeudi, 15h-18h
    Musée d’art et d’histoire, 22 bis, rue Gabriel Péri, 93200 Saint-Denis

    Depuis plusieurs années, des travaux étudient les formes de racialisation subies, ou revendiquées par certains groupes dans la société française, en particulier par les populations noires. Ils invitent également à analyser les usages sociaux de la notion de race (entendue comme un fait social et non biologique) en France et ils interrogent de façon générale la place à accorder à la « question raciale » dans l’historiographie française. Quelle histoire sociale des populations noires ces travaux permettent-ils de construire ? Dans quelle mesure, la catégorie « populations noires » est-elle pertinente et que peut-elle apporter ? Sur le plan empirique, force est de constater que les groupes susceptibles de s’inscrire dans cette catégorie sont plus ou moins bien connus. Comment dépasser la réduction de cette catégorie à des élites sociales ou militantes souvent bien étroites ?
    Destiné aux étudiants de master, aux doctorants et aux chercheurs, ce séminaire est conçu comme un lieu de dialogue entre historiens, sociologues et spécialistes de science politique, entre spécialistes de la France et des chercheurs travaillant sur d’autres espaces. Les séances de l’année 2017-2018 seront consacrées aux approches et aux comparaisons transatlantiques qu’il est possible (ou non) de mobiliser pour approfondir l’histoire des populations noires en France et pour analyser les formes passées et présentes de racialisation qui se cristallisent autour d’elles.
    Les Amériques ont été marquées par l’esclavage et la ségrégation raciale, mais également par des mouvements émancipateurs et par l’élaboration de concepts permettant d’analyser le racisme et de le combattre. Ces expériences et les perspectives théoriques qui les étudient sont d’autant plus incontournables pour l’histoire sociale des populations noires en France que cette histoire s’inscrit en partie dans des territoires géographiquement américains. Les approches et les comparaisons transatlantiques soulèvent pourtant de vives polémiques en France, qu’elles soient présentées comme des clés de compréhension, ou au contraire rejetées a priori. Le séminaire invitera à réfléchir à leurs apports théoriques et empiriques et à leur pertinence à partir d’exemples concrets, en histoire, en sociologie, en science politique, en droit ou en philosophie.
    Calendrier : 12 octobre – 19 octobre – 9 novembre – 23 novembre – 7 décembre – 21 décembre – 25 janvier – 8 février – 8 mars – 22 mars – 5 avril – 19 avril.

     

    Contact :

     

    emmanuelle.sibeud@univ-paris8.fr

     

     

    Au sein de l’École Pratiques des Hautes Études
    Histoire urbaine de l’Orient romain tardif
    Catherine SALIOU, Université Paris 8/EPHE
    Jeudi, 14h-16h (en Sorbonne, École Pratique des Hautes Études, salle D 52)
    1ère séance jeudi 9 novembre 2017
    Ce séminaire offre aux étudiants une formation pratique à la recherche et à l’étude des sources dans le champ couvert par son intitulé : l’histoire urbaine, sous tous ses aspects (histoire de l’espace urbain, histoire économique, administrative, sociale et culturelle de la ville, histoire des relations entre villes et territoires), dans la partie orientale du monde romain du IIIe au VIIe s. apr. J.-C.
    En 2017-2018, deux thèmes seront abordés :
    1. Sources écrites et topographie des villes du Proche-Orient (du 9 novembre 2017 au 1er février 2018).
    2. Construire dans l’Orient romain tardif : conflits et modes de règlement des conflits (du 8 février au 30 mai 2018).

     

    Contact :

    catherine.saliou@univ-paris8.fr

     

    • Enregistrer au format PDF
    • impression
    • Agrandir le texte
    • Restaurer la taille normale
    • Réduire la taille du texte
    • retour en haut de la page