Vous êtes ici : Accueil > Journées d’études de l’Ecole doctorale > Journées d’études doctorales (...)
  • Journées d’études doctorales Jacques...

    • Enregistrer au format PDF
    • impression
    • Agrandir le texte
    • Restaurer la taille normale
    • Réduire la taille du texte
  • Journées d’études doctorales

     

    Jacques Derrida "Je n’ai qu’une langue, ce n’est pas la mienne"

     

    19 ET 20 JUIN 2017, UNIVERSITÉ PARIS 8
    DÉPARTEMENT DE PHILOSOPHIE, SALLE A028

     

    Organisées par Charles Ramond (professeur de philosophie Université Paris 8) et Manola Antonioli (professeur de philosophie Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Paris La Villette), avec le soutien de l’EA 4008 LLCP

     

    Dans la « Prière d’insérer » de Le monolinguisme de l’autre, renvoyant en note à Mémoires pour Paul de Man, Derrida insiste sur le fait que « la seule définition jamais risquée, la seule formulation explicite » de la déconstruction « fut [...] ‘plus d’une langue’ ». Traduire, interpréter, philosopher – savons-nous clairement distinguer ces gestes ? Et si nous ne le pouvons-pas, comment savoir si nous parlons une ou plusieurs langues ? Tantôt Derrida abolit les frontières entre les langues, à la manière de Babel, de Rabelais ou de Joyce. Tantôt au contraire il remet en cause l’arbitraire saussurien du signe linguistique – donc la possibilité même de la traduction (par exemple dans Glas), et défie la traduction comme la philosophie. Le contexte politique de la globalisation rend toujours plus vive et plus aiguë la question de la pluralité des langues, qui sera reprise dans ces deux Journées d’études Doctorales à la lumière des recherches les plus récentes sur Derrida.

     

    PDF - 221.6 ko
    Programme

    • Enregistrer au format PDF
    • impression
    • Agrandir le texte
    • Restaurer la taille normale
    • Réduire la taille du texte
    • retour en haut de la page