Vous êtes ici : Accueil > Séminaires et ateliers > UMR 8238 – Laboratoire d’études de (...)
  • UMR 8238 – Laboratoire d’études de genre et sexualité (LEGS)

    • Enregistrer au format PDF
    • impression
    • Agrandir le texte
    • Restaurer la taille normale
    • Réduire la taille du texte
  •  

    9e séance du Séminaire Interuniversitaire LEGS

     

    Correspondances, itinéraires, di/vergences, croisements entre Littératures, Genre, Pensées

     

    12 avril 2018 salle A 15h-18h30

    27 rue Paul Bert 94200 Ivry/seine

     


    Conférencière Griselda Pollock, Professor of Social and Critical 
    Histories of Art, à l’Université de Leeds, discutante Claire Finch, 
    doctorante du LEGS.

     

    PDF - 150 ko
    Affiche

     

     

    8e séance du Séminaire Interuniversitaire LEGS

     

    Correspondances, itinéraires, di/vergences, croisements

     

    entre Littératures, Genre, Pensées

     

    15 mars 2018 salle des conférences 15h-18h

     

    27 rue Paul Bert 94200 Ivry/seine

     

    conférencières

     

    Isabelle Boisclair, Université de Sherbrooke, Québec
    et Mairéad Hanrahan, University College of London, UK

     

     

     

     

    S’appartenir

     

    Divers travaux de sociologie, d’anthropologie féministe (Federici, Guillaumin, Mathieu), ont montré les mécanismes d’appropriation des femmes par les hommes, tant sur le plan individuel que collectif. Si les rapports sociaux de sexe ont connu des transformations et que les femmes ont gagné en émancipation, ce patron d’appropriation qui subordonne les femmes n’en persiste pas moins dans l’imaginaire. Je présenterai un outil qui permet de « révéler » (au sens photographique du terme) les traces que ces « résidus culturels » (Rubin) laissent dans les fictions et les discours, et d’identifier le statut des femmes en termes d’hétéronomie et d’autonomie, à partir l’examen de six critères précis.

     

    Isabelle Boisclair est professeure en études littéraires et culturelles à l’Université de Sherbrooke. Ses recherches portent sur les représentations des identités de sexe/genre et des sexualités dans les textes littéraires contemporains. Elle a publié Ouvrir la voix/e. Le processus constitutif d’un sous-champ littéraire féministe au Québec (1960-1990) (Nota bene, 2004) et a dirigé ou codirigé la publication de quatre collectifs, dont le plus récent est Nelly Arcan. Trajectoires fulgurantes (Remue-ménage). Elle a également co-signé, avec Lucie Joubert et Lori Saint-Martin, Mines de rien. Chroniques insolentes, aux éditions du Remue-ménage (2015). Elle est membre du VersUS (Groupe de recherche en études littéraires et culturelles comparées du Canada et du Québec de l’Université de Sherbrooke), du RéQEF (Réseau québécois en études féministes) et du comité international de la revue Nouvelles Questions Féministes.

     

     

     

    Genre(s) et Politique chez Genet

     

    Cette présentation abordera la question de l’évolution de la politique chez Genet, d’une politique d’identité (quoiqu’il s’agisse d’une politique destinée plus à troubler l’identité qu’à l’affirmer) à une politique de l’Histoire. Elle interrogera l’importance du politique dans l’écriture de Genet depuis le début de l’œuvre, afin de suggérer, d’une part, qu’une visée politique s’y repère depuis le début et, d’autre part, à l’encontre de quelques lectures récentes, que le rapport du politique au poétique chez Genet reste fondamentalement indialectisable. Plutôt que d’une politicisation progressive, les textes de Genet témoignent d’une désillusion de plus en plus profonde à l’égard du potentiel politique de l’écriture ; il s’agit en effet de proposer une lecture du fameux “silence” de Genet qui soit interne à l’œuvre. Une lecture des premiers romans se penchera en particulier sur l’homologie entre sa pratique du genre sexuel et sa pratique du genre littéraire afin d’en dégager la portée politique.

     

     

     

    Ancienne doctorante du Centre d’Etudes féminines de Paris 8, Mairéad Hanrahan est Professeur Titulaire de français à l’University College London depuis 2006. Ses ouvrages comprennent Lire Genet : Une Poétique de la difference (1997), Genet (ed., 2004), Literature and the Mathematical (ed., 2007), Cixous, Derrida, Psychoanalysis (éd., avec Eric Prenowitz et Mark Dawson, 2013), Cixous’s Semi-Fictions : Thinking at the Borders of Fiction (2014) et Resounding Glas (éd., avec Simon Morgan Wortham et Martin McQuillan, 2016).

     

    contact nadia.setti@univ-paris8.fr

     

    PDF - 89.4 ko
    Affiche

     

    Seminaire

     

    Correspondances, itinéraires, di/vergences, croisements entre littératures, genre, pensées


    coordination et présentation Nadia Setti

     

    25 janvier 2018

     

    CNRS IVRY/SEINE 27 rue Paul Bert (métro Porte de choisy ou porte d’Ivry)

     

    15h-18h30

     

    interviendront Federica Fabbiani (journaliste, web master, Italie) et Irma Velez (Paris Sorbonne)

     

    Federica Fabbiani « The serial Feminist chronicles »

    PDF - 142.9 ko
    Annonce du séminaire

     

    Séminaire interuniversitaire

     

    "Correspondances, itinéraires, di/vergences, croisements entre Littératures, genre, pensées"

     

    le jeudi 21 décembre 2017 de 15h à 18h30 salle D 143 université Paris 8

     

    Interviendront

    Sam Bourcier (Université Lille 3) "Chantier littéraire et biopolitique = Wittig en guerre contre le canon et la différence sexuelle"

     

    Marie-Dominique Garnier (Université Paris 8, LEGS) "wittiG : lire avec les doiGts"

     

    Rafik Sandrosyan (Université de Yerevan, Arménie) "Gender, language and Discrimination : the Armenian Experience"

     

    Affiche

     

     

     

    Séminaire LEGS/ Sophiapol (Nanterre)
     
     
    dans le cadre du projet UPL "Genre et transmission : pour une autre archéologie du genre"
     
    « Archives du genre, genre de l’archive »
     
    Programme prévisionnel du séminaire 2018 : (toutes les séances auront lieu de 9h30 à 12h30 aux Archives Nationales sur leur site de Paris, CARAN, 11, rue des Quatre-Fils, salle d’albâtre - sauf la séance du 27 janvier, qui aura lieu dans la salle suspendue du CARAN)
     
    27 janvier :
    Elise Escalle (doctorante HAR/Sophiapol) 
    Deux modèles d’archives - les fonds Madeleine Rebérioux et Michelle Perrot
     
    10 février
    Denise Ogilvie (Archives Nationales)/Anne Verjus (NCRS/NYU)
    Transformations de l’écriture privée
     
    24 mars :
    Christine Detrez (ENS Lyon)/ Mara Montanaro (chercheuse associée, LEGS)
    Les archives à l’épreuve de l’affect
     
    14 avril :
    Marie-Eve Lacasse (LEGS)/Denise Ogilvie(Archives Nationales)/Isabelle Tournier (Paris 8/LEGS)/Judith Revel (Paris Nanterre/Sophiapol)
    Effacement, censure, auto-censure, éparpillement : les archives saisies par leurs manques
     
    19 mai : 
    Michelle Perrot (CNRS)
    A propos de Mélancolie ouvrière.
     
    L’entrée est libre dans la limite des places disponibles.
     

     

    Séminaire

     

    "Psychanalyse et études de genre. Lectures croisées"

     

     

     

    Animé par Fabian Fajnwaks (Département de psychanalyse, Section Clinique, Université Paris 8) et Anne E. Berger (Département d’études de genre, Université Paris 8, UMR LEGS, CNRS/ Paris 8/ Paris Nanterre).

     

     

    Ce séminaire, qui entame sa 3e année, cherche à confronter les conceptions de la sexualité et du genre en psychanalyse et en études de genre en favorisant le dialogue épistémologique entre ces deux champs. Cette année, il proposera une retraversée de certains grands textes à la croisée de ces deux champs qui feront l’objet de lectures ou de commentaires par une série d’intervenants.

     

     Il a lieu un lundi par mois d’octobre à mai, de 18h à 20h.

     

     Lundi 23 octobre : Isabelle Alfandary, professeure de littérature américaine à Paris Sorbonne Nouvelle, psychanalyste, présidente du CiPH : J. Lacan "D’un discours qui ne serait pas du semblant", chap. "Un homme, une femme". 

     

    Lundi 11 décembre : séance à préciser

     

    Lundi 12 février : Pascal Pernot, psychanalyste, anthropologue. Sur Gayle Rubin, "The Traffic in Women. Notes toward a Political Economy of Sex” (Le marché aux femmes)

     

    Lundi 12 mars :Monique David-Menard, philosophe, psychanalyste, professeure émérite à Paris Diderot. Sur J. Butler : La vie psychique du Pouvoir

     

    Lundi 9 avril : Judith Revel, philosophe, professeure à Paris Nanterre : Sur Teresa de Lauretis, Pulsions freudiennes

     

    Lundi 28 mai : Sophie Marret-Maleval, psychanalyste, professeure au département de psychanalyse de Paris 8 : Sur Beatriz Paul preciado : Testo Junkie

     

     Séminaire ouvert au public 

     

    Lieu : Fondation Robert de Sorbon, 214 Boulevard Raspail, 74014 Paris, métro Vavin

     

    Renseignements : aeb4@cornell.edu

     

     

     

     

     

    Séminaire interuniversitaire

     

    Correspondances, intinéraires, di/vergences,
    croisements entre Littératures, genre, pensées

     

    Le jeudi 23 novembre 2017

     

    au site CNRS Ivry/Seine
    5 rue Paul Bert, 94200
    métro (lignes 7 porte de Choisy ou d’Ivry, métro Bibliothèque Mitterand et tramway)
    aura lieu la 3ème séance du
    15h-18h
    salle B

     

    présentation et coordination Nadia Setti, Paris 8, LEGS, SIL,

     

    séminaire ouvert au public (inscription obligatoire)

     

    contact : nadia.setti@neuf.fr

     

    PDF - 141.4 ko
    Séance du 23 novembre

     

     

    Word - 39.5 ko
    Séminaire inter-universitaire 2017/2018

     

     

    Calendrier des séances et adresses des lieux :

     

    Université Paris 8, 2 rue de la liberté, 93526, Saint-Denis, M° Saint-Denis Université

    Paris 4, Institut des études Ibèriques et Ibéro-américaines, 31 rue Gay-Lussac, Paris 75005
    LEGS, CNRS Ivry, 27 rue Paul Bert, 94200 Ivry-sur-Seine (Métro/Tramway Porte de Choisy
    ou Porte d’Ivry)

    Université de Pau (adresse communiquée ultérieurement)

     

     

    Attention : à l’exception des premières deux séances, tous les séminaires auront lieu les jeudis de 15h à 18h30.

     

    samedi 14 octobre 2017 9h-18h30 (séminaire et journée d’études GRADIVA) (lieu Paris 4, Institut des études Ibèriques et Ibéro-américaines, 31 rue Gay-Lussac, Paris 75005, salle Delpy). Un programme détaillé de la journée sera communiqué ultérieurement.

     

     

    Lundi 23 octobre 2017 : Cristina Castellano et Sam Bourcier "performance de genre et ethnicité" discutant Fernando Curopos ; CNRS Ivry, salle A : 15h-18h30

     

     

    jeudi 23 novembre 2017 : Stefania Tarantino, Stefania Ferrante, le collectif de traduction de Ne crois pas avoir de droits (éditions la Tempête) : féminismes entre philosophie, théories, traductions ;
    CNRS Ivry, salle B : 15h-18h30

     

     

    7 décembre 2017 : atelier doctoral ; CNRS Ivry : Salle A

     

     

    21 décembre 2017 : Université Paris 8, salle D 143 : intervenant Sam Bourcier, discutant-e-s, Marie-Dominique Garnier, Mat Fournier

     

     

    25 janvier 2018 : l’enjeu des littératures et pensées migrantes, postcoloniales, décoloniales.

    Interventions : Marta Cariello, Irma Velez, discutante, Akila Kizzi. CNRS Ivry : salle des conférences 15h-18h30.

     

     

    22 février 2018 : féminisme, sagas, fantasy, séries (intervenants à confirmer) ; CNRS Ivry, Salle des conférences : 15h-18h30.

     

     

    15 mars 2018 : journée Résonances ; Salle des conférences : 9h-18h30 (à confirmer)

     

    22 mars 2018 : Patricia Godi, Francesca Maffioli et Nadia Mekouar-Herzberg (université de Pau)

     

     

    12 avril 2018 : intervenante Griselda Pollock (à confirmer) ; Salle A : 15h-18h30

     

     

    17 mai 2018 : intervenantes Anne Berger, Marta Segarra ; Salle A : 15h-18h30

     

     

    14 juin 2018 : intervenante Laura Fortini, discutante Silvia Contarini (à confirmer) ; Salle des conférences : 15h-18h30

     

     

    Séminaire

     

     

    "Genre, sexualité et migrations"

     

     

    Coordination : Caroline Ibos, Eric Fassin, Marta Segarra et Hélène Nicolas.

     

     

    Ce séminaire doctoral est lié au projet lauréat de l’Université Paris Lumière, coordonné par le LEGS et associant le Musée de l’histoire de l’immigration et l’Institut national de l’audiovisuel.

     

     

    Les différentes conférences, interventions, projections et discussions viseront à réinterroger les discours, académiques, médiatiques ou politiques sur le genre et la sexualité des migrant.e.s, en inversant la perspective conventionnelle sur ces questions, puisqu’il s’agit ici de partir de leurs paroles et de leurs récits. 

     

     

    En effet, force est de constater qu’en Europe, les peurs sociales sur le « problème de l’immigration », et désormais sur la « crise des réfugiés », s’expriment bien souvent, en particulier depuis le début des années 2000, en termes de genre et de sexualité. On s’inquiète du sexisme (mais aussi de l’homophobie) des autres cultures, dont les agressions collectives contre des femmes, à Cologne et ailleurs, seraient aujourd’hui le symptôme comme l’auraient été hier les « tournantes » dans les banlieues ; et l’on relance régulièrement les polémiques sur le « voile islamique » (ou la polygamie, ou les mariages forcés, ou les relations sexuelles non consenties entre réfugiés et bénévoles ou encore les mutilations sexuelles). Ces discours se traduisent en politiques sexuelles – avec d’un côté l’apparition de mesures de protection accordées à certain.e.s « migrant.e.s sexuel.le.s », qui fuient les persécutions liées à leur sexe, à leur identité de genre ou à leur sexualité, mais de l’autre, la remise en cause du droit au regroupement familial. Bref, du sexe de la migration, il est constamment question : c’est qu’il est mobilisé pour définir, en miroir, les identités nationales européennes.

     

     

    À partir de fonds archivistiques, d’œuvres théâtrales ou cinématographiques, de documentaires d’ethnofiction ou de matériaux réunis avec des migrant.e.s, nous faisons le choix de lire, de regarder et d’écouter leur expérience, dans le double contexte et avec la double contrainte de leur société d’origine et de la société d’arrivée où elles et ils sont constamment « parlé.e.s ».

     

    Programme (salle à confirmer)

     

     

     

    Le vendredi 20 octobre, 16h00 à 18h30 : Présentation du projet GSM par Eric Fassin (Paris 8 - LEGS), Caroline Ibos (Rennes 2 - LEGS), Hélène Nicolas (Paris 8 - LEGS) et Marta Segarra (CNRS - LEGS)

     

     

    - Le jeudi 16 novembre de 18h00 à 20h30 : Alice Diop, projection et présentation de Vers la tendresse (38’) - discutant.e.s : Eric Fassin (Paris 8 - LEGS) et Céline Gailleurd (Paris 8)

     

     

    - Le vendredi 1er décembre de 16h00 à 18h30 : Nicola Mai (Kingston University London), projection et présentation de Travel (63’) - discutante : Caroline Ibos

     

     

    - Le vendredi 26 janvier de 16h00 à 18h30 : Daniel Borrillo (Paris 10) et les Lesbiennes of colour

     

     

    - Séances de février, mars et avril : dates à préciser ultérieurement

     

     

    - Le vendredi 25 mai de 16h00 à 18h30 : Jennifer Cole (University of Chicago) et Gwenola Ricordeau

     

     

    - Séance de juin : date à préciser ultérieurement

     

     

     

    Séminaire

     

     

    "Genre, historiographies et histoires des arts : le matrimoine en question"

     

     

    Ce séminaire est un atelier de recherche, ouvert aux étudiant-e-s de master, aux enseignant-e-s chercheuses/chercheurs, doctorant-e-s. Il est conçu comme un espace d’échanges et de réflexions communes.

     

     

    Cadre thématique :

     

     

    En questionnant la présence d’artistes femmes et le genre, les histoires des différents arts peuvent être appréhendées de façons renouvelées, à la fois en termes de contenus et de méthodes, jusqu’à poser la question des présupposés de l’historiographie.

     

     

    L’approche s’inscrira nécessairement dans la perspective des études de genre, interrogeant les rapports de pouvoir, les hiérarchies induites par le genre, mais aussi la façon dont le genre croise d’autres perspectives, comme les questions de classe ou de race. Elle sera pluri- et interdisciplinaire, mettant en relief les parallèles et les divergences dans les différents domaines artistiques. Les modalités d’analyse pourront être variées, esthétiques, anthropologiques, littéraires, etc.

     

     

    Organisation :

     

     

    Chaque journée se déroulera autour de 2 présentations, matin et après-midi. Il ne s’agit pas de travaux aboutis, mais de recherches en cours. Chaque présentation, d’environ 1h sera suivie d’1h 30 de discussion. L’objectif est de mutualiser les compétences, les approches, et de permettre à chacun-e – intervenant-e ou non – de bénéficier de la collaboration de tou-te-s.

     

     

    L’approche de cet atelier étant pluridisciplinaire et transhistorique, pour permettre au groupe de mieux appréhender la présentation, chaque intervenant-e fournira une semaine auparavant un résumé exposant le thème et le contexte pour permettre aux personnes qui ne sont pas spécialistes de mieux suivre, ainsi que les questions à discuter lors de la séance, la façon dont la collaboration du groupe est sollicitée.

     

     

    Calendrier :

     

     

    Les mardis 26 septembre, 14 novembre, 6      février, 27 mars, 17 avril, 15 mai.

     

    Horaires : 10h à 16h 30.

     

     

    Lieux : Université de Paris X Nanterre, Maison de la recherche Bâtiment Max Weber, Salle 1. Attention la première séance du 26 septembre aura lieu en salle 2.

     

     

    Inscriptions : Hélène Marquié :

    helene.marquie@univ-paris8.fr

     

     

     

     

    • Enregistrer au format PDF
    • impression
    • Agrandir le texte
    • Restaurer la taille normale
    • Réduire la taille du texte
    • retour en haut de la page