Vous êtes ici : Accueil > Séminaires et ateliers des laboratoires > EA 4385 – Laboratoire d’études romanes
  • EA 4385 – Laboratoire d’études romanes

    • Enregistrer au format PDF
    • impression
    • Agrandir le texte
    • Restaurer la taille normale
    • Réduire la taille du texte
  •  

     

    Colloque international

     

     

    Radiographie de la violence dans le Pérou d’après-guerre

     

    Bilan et perspectives à 15 ans de la Commission de la Vérité et Réconciliation

     

     

     

    14 décembre 2018

     

     

    8h30 - 19h30

     

    Sorbonne, amphithéâtre Durkheim

     

     

    (Galerie Claude Bernard, prendre escalier

    I)

     

    1 rue Victor Cousin 75005 Paris

     

     

    PDF - 329.7 ko
    Programme

     

    PDF - 544.4 ko
    Affiche en français

     

     

    PDF - 543.7 ko
    Affiche en espagnol

     

     

     

     

    Atelier doctoral

     

    « Genre et féminismes dans les Amériques latines »

     

     

     

    IIAC/ EHESS - Paris 8

     

     

     

    2018-2019

     

     

     

    PRÉSENTATION DE L’ATELIER

     

     

     

    La cause féministe a de multiples voix. Si le mouvement féministe est indubitablement international, il émerge et s’enracine dans des contextes sociaux particuliers et se constitue en dialogue avec les traditions politiques et théoriques locales. Les féminismes latino-américains ont leurs propres voix et voies. Nés dans des contextes marqués par des cultures et des sociétés autochtones, par la colonisation, par leur position périphérique dans le système capitaliste, entre autres, ils se sont structurés, malgré les ressemblances avec leurs homologues en Europe et en Amérique du Nord, de façons diverses. Ils ont donc une histoire, avec des dynamiques et des chronologies qui leur sont propres.

     

     

     

     

     

    Les études de genre en Amérique latine ont aussi parcouru des chemins qui leur sont spécifiques. Elles se développent depuis quelques décennies dans plusieurs pays de cette région. De nombreuses enquêtes et travaux ainsi que des centres de recherches et des revues spécialisées ont vu le jour dans les trente dernières années. Quelques-unes de ces réflexions arrivent en France mais de façon encore marginale. Depuis les années 1970, il existe en France des travaux portant sur le genre et l’Amérique latine, bien que ce ne soit pas toujours formulé dans ces termes. Par ailleurs, des étudiant.e.s latino-américain.e.s mènent de plus en plus leurs travaux dans ce pays sur ces questions.

     

     

     

     

     

    Malgré le grand nombre de chercheuses et de chercheurs travaillant sur ces thématiques, les espaces de discussion et d’échange sur ces sujets en France restent rares. L’atelier Genre et féminismes dans les Amériques latines a pour but de faire connaître les problématiques, les propositions théoriques, les expressions et les mobilisations provenant de cette région du monde, ceci en vue de créer un espace de discussion pluridisciplinaire entre les sciences sociales, les sciences humaines et les arts. Il se propose aussi de promouvoir les échanges entre les pensées féministes hispanophones et lusophones des Amériques latines et celles qui sont nées dans d’autres aires et contextes. Nous cherchons par ailleurs à rassembler des chercheur.se.s et des militant.e.s, dans le but de créer un dialogue de savoirs produits à partir de différentes positions. Nous envisageons également de problématiser les vécus des femmes et des minorités de genre latino-américain.e.s en France, leur engagement dans un militantisme féministe et LGBTI* (à l’étranger), et la répercussion de celui-ci dans leurs recherches menées en France.

     

     

     

     

     

    Lors de cette deuxième édition, nous aborderons des sujets tels que l’artivisme, les mobilisations collectives, les études trans ou encore les rapports à la religion, n’ayant pas encore été abordés dans le programme de l’année précédente.

     

     

     

    L’atelier est ouvert à toute personne intéressée par les thématiques traitées. Celui-ci aura lieu le 1er et le 3ème lundi du mois de 18h à 20h (sauf exception), principalement à l’EHESS en salle AS1_23 (54 bd Raspail 75006) et ponctuellement à l’Université Paris 8 (2, rue de la liberté 94300), l’INALCO (65, rue des grands moulins 75013) et l’Institut des Amériques (60, boulevard du Lycée, 92170).

     

     

     

     

     

    POUR PLUS D’INFORMATION 

     

     

     

     

     

     

     

    Le comité d’organisation :

     

     

     

    Maira ABREU, doctorante (Paris 8, Labtop-CRESPPA)

     

    Lizbeth GUTIÉRREZ, masterante (EHESS, GPS)

     

    Alejandra PEÑA MORALES, doctorante (Paris 8, LEGS)

     

    Yolinliztli PÉREZ HERNÁNDEZ, doctorante (EHESS-INED, IIAC)

     

    Tania ROMERO BARRIOS, doctorante (Paris 8, LER)

     

    Diego UCHUYPOMA SORIA, masterant (EHESS, GPS)

     

    Izadora XAVIER DO MONTE, doctorante (Paris 8, CRESPPA-GTM)

     

     

    PDF - 300.2 ko
    Affiche

     

    PDF - 222.8 ko
    Programme

    Word - 22.6 ko
    Présentation

     

     

    Newsletter du LER

    Activités du mois en cours

    EA 4385 (ED 31 PTS - Univ. Paris 8)

     

     

    PDF - 595.6 ko
    Activités de mai 2018

     

     

     

    SÉMINAIRE « MÉMOIRES ET HISTOIRES DU TEMPS PRÉSENT EN AMÉRIQUE LATINE ET ESPAGNE 2016-2017 »

    SÉMINAIRE IHTP/CNRS-UNIVERSITÉ PARIS 8/EHESS

     

    Le séminaire est organisé par :

    Frédérique LANGUE, directrice de recherche au CNRS (IHTP)

    Edgardo MANERO, chargé de recherche-HDR au CNRS (MONDA-CERMA)

    Laura REALI, maître de conférences à l’Université Paris-Diderot

    Pascale THIBAUDEAU, professeure à l’Université Paris 8

     

    Contacts :

    frederique.langue@ihtp.cnrs.fr

    edgardo.manero@ehess.fr

    realiml@hotmail.com

    pthib@wanadoo.fr

     

    Le séminaire se déroule le 3ème mercredi du mois, de 14 h à 16 h, du 16 novembre 2016 au 14 juin 2017, à l’IHTP (59-61 rue Pouchet, 75017 Paris, salle en cours de réservation), en collaboration avec l’université Paris 8 et l’EHESS.

     

    Dans la lignée des précédentes éditions de ce séminaire, nous centrerons notre réflexion sur le « retour de l’événement » tel qu’il apparaît explicitement à travers certaines commémorations (comme les bicentenaires des Indépendances pour l’Amérique latine) ou au détour de certains faits marquants de ces dernières décennies. Nous l’examinerons en liaison avec une actualité récente, en reconsidérant son influence sur la redéfinition des concepts majeurs de l’histoire du temps présent latino-américain. Les populismes, nationalismes et autres mouvements d’idées et pratiques politiques seront abordés à travers le prisme des reconfigurations historiographiques de type académique, mais également des résurgences de l’histoire officielle et des révisionnismes. Dans l’indispensable perspective comparée qui est la nôtre, il sera porté une attention particulière à l’Espagne, à l’héritage persistant du franquisme et à des luttes de mémoires inscrites sur le long terme.

    Les multiples formes du conflit politique – des mouvements sociaux du XXe siècle, comme en Argentine ou au Brésil, au Venezuela, à Cuba, en Uruguay ou encore en Espagne, aux répercussions des grands événements mondiaux, telles les Guerres mondiales, la Guerre froide, les révolutions socialistes ou la globalisation – seront analysées à l’aune des imaginaires sociaux. Nous tiendrons compte également des représentations politiques et stratégiques qui président aux situations de paroxysmes guerriers ou politiques. Nous nous intéresserons à une question généralement peu abordée, la dimension disciplinaire des mémoires à partir de l’étude des effets pédagogiques des catastrophes sociales telles que le terrorisme d’État, l’hyperinflation ou les guerres. Il s’agit de comprendre la manière dont la mémoire participe à la construction de mécanismes ou d’instruments de régulation violente de la société, révolutions comprises. Le positionnement des Eglises face à la violence sera également évoqué.

    Nous poursuivrons par ailleurs notre réflexion sur le statut de l’historien dans une cité du temps présent confrontée à l’ingérence constante des pouvoirs civil et militaire ainsi qu’à une surexposition médiatique, ainsi que sur la confrontation histoire/mémoire(s), dans laquelle les régimes d’historicité vont de pair avec la constitution de régimes émotionnels. L’écriture de l’histoire sera par conséquent appréhendée dans ses diverses acceptions — académique, médiatique, publique— et dans ses différents modes d’expression, des sciences humaines aux humanités numériques en passant par l’histoire visuelle.

     

    Mots clés : Amériques, Amérique latine, Espagne, histoire, histoire culturelle, mémoire, mondes ibériques, histoire visuelle

     

    DATES : 16 novembre, 14 décembre, 18 janvier, 15 février, 15 mars, 19 avril, 17 mai, 14 juin (sous forme de journée d’études réservée aux jeunes chercheurs, mastérants et doctorants).

     

    PROGRAMME disponible sur le Carnet de l’IHTP : https://ihtp.hypotheses.org/2101

    • Enregistrer au format PDF
    • impression
    • Agrandir le texte
    • Restaurer la taille normale
    • Réduire la taille du texte
    • retour en haut de la page